Margaret Mead et la multiplication des mèmes en temps de pandémie

Mèmes et citations apocryphes font souvent bon ménage sur les réseaux sociaux. Celui qui attribue à Margaret Mead un critère farfelu d'identification de «la civilisation» n'a jamais eu tant de succès qu'avec l'apparition de la pandémie.

S'il est une chose que la pandémie a favorisées, c'est bien la multiplication des mèmes, ces images accompagnées d'un texte qu'il est si facile de «retwitter» ou de partager sur les réseaux sociaux. Il n'y a encore pas si longtemps, ces figures étaient partagées par fax et photocopies, faisant l'objet de nombreuses études et regroupées sous les appellations de «faxlore» et plus généralement de «copylore».
J'en ai naguère étudié plusieurs, et certains de ces articles sont en ligne, en particulier celui de 1995 où je signalais dans la revue Réseaux l'apparition d'un «Screen-Lore», d'un «Computer-Lore» et d'un «Net-Lore»: «
Des lettres célestes au "Copy-Lore" et au "Screen-Lore": des textes bons à copier». Depuis lors, ce phénomène s'est répandu d'une façon inimaginable à l'époque, et sa diffusion est plus que jamais facilitée par la technique: un clic de souris, et hop, c'est parti!
Vous voulez un exemple?
En voici un:

Capture d’écran 2020-11-05 à 18.06.24

C'est très simple: une image pour attirer l'œil, associée à une petite histoire édifiante et dotée d'une morale consensuelle, et le tour est joué. Ici, l'histoire est une anecdote présentée sans source, et selon laquelle l'anthropologue Margaret Mead aurait affirmé que le premier signe (archéologique) de civilisation dans une culture ancienne, ce serait un fémur cassé et guéri, preuve que la personne blessée fut prise en charge par son groupe. Le propre des faits de folklore, c'est qu'ils varient sans fin. Voici donc une variante d'apparence sérieuse:

Capture d’écran 2022-01-02 à 18.47.36

Comme le texte est assez long (selon les normes des réseaux sociaux), il y a tout intérêt à utiliser une image frappante, afin de mieux attirer l'attention. Cette variante-ci est très efficace sous ce rapport:
Capture d’écran 2021-12-28 à 01.49.39

Mais soyons juste, celle-ci n'est pas mal non plus:

Capture d’écran 2020-12-15 à 22.12.14

Certaines versions sans image circulent également, mais elles semblent être plus rares:
Capture d’écran 2020-10-23 à 22.55.55

L'absence d'image conduit à réduire le texte, pour le rendre plus percutant (twitter oblige):
Gramsci

La «morale» de ce mème est régulièrement répétée: il faut «vouloir le bien des uns et des autres», la civilisation commence quand on aide les autres, il faut être «civilisé», etc. D'où sa diffusion accrue durant la pandémie, par exemple sous cette forme, extraite d'un billet de blog paru sur le
Blog des médecins vaudois:
Capture d’écran 2022-01-02 à 18.48.58

Il est facile d'en trouver bien d'autres variantes sur le Net, y compris sous forme d'images à colorier:
Image à colorier
En voici une variante qui se présente comme une brève de presse publiée à propos d'une découverte archéologique: celle d'un fémur guéri vieux de 15.000 ans et découvert… on ne sait où. Elle est présentée par Remy Blumenfeld, qui raconte l'histoire sur son blog le 21 mars 2020 en la rapprochant de sa propre situation: «Comme mon immunité est compromise» — écrit-il — «je vais m'isoler pour les douze prochaines semaines ou plus.» Il cite alors le fameux mème pour préciser que ses vieux parents habitent loin de chez lui, mais qu'une de leurs voisines, qu'il n'avait pourtant vue qu'une fois, l'avait contacté pour lui dire qu'elle allait s'occuper d'eux. Et Blumenfeld de conclure: «Je me sens plus en sécurité et plus à l'aise de vivre en Grande-Bretagne quand je sais qu'un tel altruisme est à portée de main.» Le «mème Mead» vient alors à point nommé appuyer ce propos:
Capture d’écran 2020-10-23 à 23.12.38

L'appel à une sépulture vieille de 15.000 ans se retrouve sur d'autres sites, par exemple ici.
Certains des mèmes indiquent une source, qui est toujours le livre d'Ira Byock intitulé
The Best Care Possible. A Physician's Quest to Transform Care Through the End of Life, publié en 2012, et dans lequel on lit effectivement ceci (p. 422):

Ira Byock

«Un jour, on a demandé à [Margaret] Mead ce qu'elle considérait comme la plus ancienne preuve de civilisation. Elle a répondu que c'était un fémur humain avec une fracture guérie qui avait été excavé d'un site vieux de 15.000 ans. Pour qu'un être humain ait pu survivre à une fracture du fémur et vivre pendant les mois nécessaires à la guérison de l'os, il fallait qu'il ait été soigné, abrité, protégé, nourri et abreuvé. Alors que d'autres animaux s'occupent de leurs petits et de leurs blessés, aucune autre espèce n'est capable de consacrer autant de temps et d'énergie à prendre soin des plus fragiles, des plus malades et des plus mourants de ses membres.»

Cette source n'est pas erronée, mais l'histoire circulait en réalité depuis plus longtemps, puisqu'elle avait été reproduite en 1997 dans un numéro du Bulletin of the American College of Surgeons (vol. 82:3), sous cette forme:

«The noted, late anthropologist, Margaret Mead, was once asked, "What was the first sign of human civilization?" The inquiry came from someone who expected her to identify some artifact crafted by a primitive human being. Her reply was, "A healed human femur." She went on to explain that it was the protection, feeding, and care by another individual that was unquestionably required to allow such a person to survive to the point of healing of such a fracture that signified that civilization could proceed.»

«Un jour, on a demandé à la célèbre et regrettée anthropologue Margaret Mead: "Quel est le premier signe de civilisation humaine ?" La question venait de quelqu'un qui s'attendait à ce qu'elle identifie un artefact fabriqué par un être humain primitif. Elle a répondu: "Un fémur humain guéri." Elle a poursuivi en expliquant que c'était la protection, l'alimentation et les soins prodigués par un autre individu qui étaient incontestablement nécessaires pour permettre à une telle personne de survivre jusqu'à la guérison d'une telle fracture, qui signifiait que la civilisation pouvait se mettre en œuvre.»

Mais l'histoire avait déjà été publiée quatre ans auparavant, un peu différemment naturellement, dans Pain: The Gift Nobody Wants, un livre de Paul W. Brand et Philip Yancey sorti en 1993. Voici l'extrait où elle se trouve, aux pages 274-275:

Texte Brand et Philip Yancey
«Pourtant, si personne d'autre ne peut percevoir ma douleur physique, il existe un autre sens, plus profond, par lequel la douleur peut être partagée. Au début de ma carrière, j'ai entendu une conférence de l'anthropologue Margaret Mead. "Quel est, selon vous, le plus ancien signe de civilisation?" a-t-elle demandé, en citant quelques options. Un pot en argile? Des outils en fer? Les premières plantes domestiquées? "Ce sont tous des signes précoces", a-t-elle poursuivi, "mais voici ce que je crois être la preuve de la première vraie civilisation". Au-dessus de sa tête, elle tenait un fémur humain, le plus gros os de la jambe, et montrait une zone grossièrement épaissie où l'os avait été fracturé, puis solidement guéri. "On ne trouve jamais de tels signes de guérison dans les vestiges des sociétés les plus anciennes et les plus féroces. Dans leurs squelettes, on trouve des indices de violence: une côte percée par une flèche, un crâne écrasé par une massue. Mais cet os cicatrisé montre que quelqu'un a dû s'occuper du blessé — chasser en son nom, lui apporter de la nourriture, le servir en se sacrifiant." Avec Margaret Mead, je crois que cette qualité de douleur partagée est au cœur de ce que signifie être un être humain.»

Ici, c'est le chirurgien Paul Brand qui rapporte une anecdote dont il aurait été le témoin. Il n'est plus question d'un étudiant qui pose une question à l'anthropologue, car c'est elle, qui, au cours d'une conférence, aurait fait la question et la réponse. Mais ce n'est pas l'attestation la plus ancienne, car le même auteur avait déjà mentionné cela dans un livre précédent,
Fearfully and Wonderfully made, publié en 1980:

Brand 1980 copie
«Un matin, alors que je travaillais seul dans le grenier, je suis tombé sur des boîtes de squelettes qui avaient été déterrés dans un monastère. J'allais bientôt me souvenir d'une conférence donnée par l'anthropologue Margaret Mead, qui a passé une grande partie de sa vie à étudier les cultures primitives. Elle avait posé la question suivante : "Quel est le plus ancien signe de civilisation ? "Un pot en argile ? Du fer ? Des outils ? L'agriculture ? Non, affirma-t-elle. Pour elle, la preuve de la première vraie civilisation était un fémur guéri, un os de la jambe, qu'elle a brandi devant nous dans la salle de conférence. Elle a expliqué qu'on ne trouvait jamais de telles guérisons dans les vestiges de sociétés compétitives et sauvages. Là, les indices de violence abondent: tempes percées de flèches, crânes écrasés par des massues. Mais le fémur guéri montrait que quelqu'un avait dû prendre soin du blessé — chasser en son nom, lui apporter de la nourriture et le servir au prix d'un sacrifice personnel.
Les sociétés sauvages ne pouvaient pas se permettre une telle pitié.»


L'affaire semble donc entendue: nous tenons la source du mème qui circule si bien en ce moment. Mais est-ce bien sûr? On peut en douter.
En effet, Paul Brand (1914-2003), auteur du livre qui vient d'être cité, fut un chirurgien renommé, qui développa en Inde des techniques chirurgicales nouvelles pour aider les personnes atteintes de la lèpre, et réparer leurs mains en utilisant des transferts de tendons. Il fut le premier médecin à comprendre que la lèpre n'atteint pas directement les tissus, mais les nerfs, et que c'est l'insensibilité à douleur, provoquée par le bacille de Hansen, qui rend les malades si sensibles aux blessures que cela entraîne la décomposition des tissus, surtout aux extrémités. Il passa ensuite le reste de sa carrière à travailler sur l'insensibilité aux douleurs des mains et des pieds, et ses découvertes sont utilisées aujourd'hui pour soigner les diabétiques. En juillet 1972 il fit une communication au Quatrième Congrès des Chirurgiens Chrétiens, à Toronto, sous le titre «
The Challenge of Pain» (Le Défi de la douleur). Un tirage à part en a été produit en 1975 par les Christian Medical Fellowship Publications de Londres, sous le titre Escape from Pain (Échapper à la douleur). Il s'agit d'un opuscule d'une quinzaine de pages, sur lequel est tombé par hasard un certain Philip Yancey, éditeur du magazine évangélique Christianity Today. Yancey est un auteur chrétien traduit en quarante langue et dont les livres, où il raconte sa rencontre avec Jésus ou bien explique pourquoi les humains ont besoin de la Grâce, sont diffusés à plus de quinze millions d'exemplaires. Il a raconté comment, après avoir lu Escape from Pain, il contacta Paul Brand pour lui proposer d'en faire un livre attractif. Leur collaboration est documentée par Dorothy Clarke Wilson, dans sa biographie de Brand, intitulée Ten Fingers for God: The Life and Work of Dr. Paul Brand, avec une préface de… Yancey:

«Paul avait l'habitude d'être le leader dans tous les projets […] Maintenant, avec Philippe comme rédacteur, Paul était l'étudiant. Il découvrit que certains de ses paragraphes étaient trop longs. Il devait trouver plus d'anecdotes pour alléger le flux de son argumentation. Quand il n'en trouvait pas, Philip ne se laissait pas décourager. "Allons, Dr. Brand! Vous ne pouvez pas me dire qu'après trente ans comme chirurgien, vous n'avez pas d'expériences pour illustrer votre propos! Ou peut-être que si vous n'avez pas d'expériences, vous ne devriez pas parler du tout de tel ou tel point. En parler n'est valable que si c'est prouvé dans la vie réelle". Paul a donc dû revenir en arrière, réfléchir et se souvenir. Il a également associé Margaret, sa femme, au projet, car sa mémoire était souvent meilleure que la sienne.»

Et c'est ainsi qu'un obscur opuscule d'une quinzaine de pages est devenu un livre à succès de 340 pages. L'anecdote sur Margaret Mead ne se trouvait pas dans le fascicule de départ, et l'on est en droit de s'interroger sur sa provenance et sur son authenticité, au vu de ces lignes de la biographe de Brand:

Témoignage Dorothy Clarke

«Le manuscrit fit la navette entre Carville et Chicago, et parfois Paul et Philip ont pu se retrouver pour discuter de certains points et examiner les progrès réalisés. Paul a été surpris par la contribution de Philip […] La plupart des faits intéressants et peu connus sur le corps humain qui apparaissent dans le livre proviennent des lectures de Philip à la bibliothèque, plutôt que du stock de connaissances de Paul. C'est Philip qui a réalisé que le lecteur non médical apprécierait ces faits peu connus.»

Alors d'où vient l'anecdote sur Margaret Mead? De la mémoire de Brand? Des lectures de Yancey? Ou bien celui-ci l'aurait-il entièrement imaginée? On peut bien sûr la croire authentique, mais le serait-elle qu'elle n'en serait pas davantage convaincante lorsqu'elle est utilisée pour affirmer que «la civilisation est une aide communautaire».
Tout simplement parce qu'une telle aide est attestée chez les
bonobos, mais aussi chez les rats (voir également ici)!
Des fourmis blessées après un combat contre les termites, et qui ont perdu une patte ou deux, ce qui les empêche de rentrer, sont prises en charge par d'autres fourmis qui les aident à revenir à la fourmilière, où elles apprennent peu à peu à marcher avec des membres en moins. Sans cela, étant trop lentes, elles auraient probablement été dévorées par un prédateur (voir
ici, , et encore ). Il est donc faux d'affirmer, comme le disent certains des mèmes cités, qu'aucun animal ne peut survivre avec une patte cassée, et qu'«aider quelqu'un en difficulté est le point de départ de la civilisation.»

Une étude
publiée dans le Lancet en 1987 a démontré que «les fractures des os longs chez les primates sauvages adultes sont rares et généralement mortelles, tandis que les chutes qui pourraient être associées à des fractures juvéniles sont beaucoup plus fréquentes et pourraient bien être à l'origine des nombreuses fractures bien guéries que l'on trouve dans les collections des musées.»

Par ailleurs, il est à noter que la citation attribuée à Margaret Mead aboutit à établir une distinction entre des sociétés «primitives» où l'on écrase volontiers les crânes des autres à coup de massue, et la «civilisation» où l'on prend grand soin des estropiés, ce qui revient à pratiquer une bien mauvaise anthropologie.

Enfin, ce qui rend ce mème extrêmement douteux, c'est que
dans un entretien paru en 1968, alors que Margaret Mead était interrogée sur ce qui fait une civilisation, elle répondit ceci:

Entretien Mead

«Quand une culture devient-elle une civilisation ?
DR. MEAD : Eh bien, c'est une question de définition. Dans le passé, nous avons appelé des sociétés civilisations lorsqu'elles avaient de grandes villes, une division du travail élaborée, une certaine forme d'archivage. Ce sont les choses qui ont fait la civilisation. Une certaine forme d'écriture, pas nécessairement la nôtre, mais une forme d'écriture ou d'archivage ; la capacité de construire de grandes villes densément peuplées et de répartir le travail de manière à pouvoir les entretenir. La civilisation, en d'autres termes, n'est pas simplement un mot d'approbation, comme on dirait "il n'est pas civilisé", mais c'est la description technique d'un type particulier de système social qui rend possible un type particulier de culture.»


Exeunt les fémurs cassés!

Il y a pourtant fort à parier que cette histoire du fémur cassé comme marqueur de «la civilisation» va continuer à circuler. C'est un véritable petit conte, un
exemplum moderne qui joue le même rôle que celui sur la notion d'ubuntu, qui a également connu un regain de diffusion avec la pandémie. D'ailleurs, la tradition des recueils d'exempla se perpétue, et l'anecdote sur Margaret Mead fait partie d'un recueil populaire de 1221 histoires classées thématiquement qui circule aux États-Unis depuis 2009: Wisdom Well Said: Anecdotes, fables, légends, myths, humor, and wise sayings that capture the human condition, collected by Charles Francis.