La trompette de Toutankhamon

Selon un conservateur du Musée du Caire, la révolution égyptienne serait due aux pouvoirs surnaturels de la trompette de Toutankhamon!

L’une des trompettes de Toutankhamon fait partie des objets dérobés au Musée du Caire dans la nuit du 28 janvier dernier, et qui auraient été tout récemment retrouvés... par hasard dans un sac abandonné dans une station de métro de la ville (si l’on en croit le blog de Zahi Hawass).

Trompettes

Hala Hassan, conservateur au Musée du Caire, a affirmé que cet instrument aurait des pouvoirs surnaturels... Selon le blog égyptologique « Egypte: Djeser djeserou »,

Il prétend qu'à chaque fois que quelqu'un souffle dedans, une guerre se déclare. Une semaine avant la révolution, pendant une prise de photographies, une personne appartenant au personnel du musée a soufflé dedans et une semaine après, la révolution éclatait ! La même chose est arrivée avant la guerre de 1967 et avant la guerre du golfe de 1991 alors qu'un étudiant faisait des recherches sur la collection de Toutankhamon.


Cette déclaration est fort intéressante, car elle livre un bon exemple du « 
sophisme post hoc », constamment utilisé par ceux qui veulent prouver la validité de leurs croyances. Ce sophisme consiste à considérer que, deux événements s’étant succédé, le second est forcément la conséquence du premier:

E2 survient après E1 ==> donc E1 est la cause de E2

Ici: quelqu’un souffle dans la trompette du pharaon (E1), puis la révolution (E2) éclate ==> donc, c’est le fait de souffler dans cette trompette qui a provoqué la révolution. Outre que cette affirmation actualise le mythe d’un pouvoir du souffle et qu’elle témoigne plus particulièrement de la croyance en la magie consistant à souffler dans une trompette, ce qui pourrait par exemple renverser des murailles (cf. les trompettes de Jericho), elle nous donne une bonne occasion de renouveler la dénonciation de ce type de sophisme, hélas très répandu, et que l’on qualifie généralement en se référant au dicton latin:

Post hoc, ergo propter hoc
( « Après cela, donc à cause de cela » )


Ce qu’il faut retenir en réalité, c’est que « après que » ne signifie pas du tout « à cause de »... (
post hoc non est ergo propter hoc !). Ne pas respecter cette règle logique de base conduit à prendre le risque de proférer des affirmations stupides. Par exemple: je me suis levé du pied gauche et je suis tombé d’une échelle dans la même journée, donc se lever du pied gauche porte bien malheur. Ou bien: j’ai entendu le cri de la chouette cette nuit et ce matin j’ai appris la perte d’un être cher, donc, la chouette est un oiseau de malheur. Ou encore: « Par suite de la politique du gouvernement, les chiffres de la délinquance ont diminué » donc cette politique est excellente.

Tompette


Pour en revenir à la fameuse trompette, elle a été jouée en 1939 par un musicien du nom de James Tappern, qui utilisa une embouchure moderne pour obtenir des sons qu’enregistra la BBC. On peut toujours l'écouter en
cliquant sur ce lien.

Evidemment, la légende de la « malédiction de Toutankhamon » aidant, certains adeptes du « sophisme post hoc » ont fait remarquer que la seconde guerre mondiale éclata peu de temps après cet événement, et ce fut le début d’une autre légende: celle que vient de raviver le conservateur du Musée du Caire.

JLLQ

Pour en savoir plus, voir la page du site de la BBC consacrée à l’histoire de cet enregistrement.












blog comments powered by Disqus